Parce que seul ce qui est écrit peut être transmis...

... J’écris encor ce soir les humeurs qui m’animent
Laissant percer en moi mes désirs les plus fous.
J’écris ce qui me vient, ce qui me rend jaloux
Sombrant tout doucement dans un opaque abîme.

Ces courants si pervers édifiant mes passions
Ces idées m’assaillant quand j’ouvre mes prisons,
Ce silence envoutant berçant mes illusions,
Ces couleurs de l’âme sont ma respiration.
Voir la suite Suite

©

Quoi !?
Non, je ne pleure pas !
J’ai juste un peu de difficulté à ouvrir les yeux.
Je suis juste un peu énervé, un peu dépité…...
Voir la suite Suite

©

Vous me dites, ce jour, que je suis trop passif
Alors qu’hier vous me considériez rétif
Mais, savez-vous que pour elle, en acte ou en vers,
Je pourrais refonder le cœur de l’univers ?...
Voir la suite Suite

©

Cherche à fuir la fourberie
Les dogmes dithyrambiques
Reflet de l’hypocrisie
De prêcheurs machiavéliques...
Voir la suite Suite

©

Ceci est le début de mon histoire. Mais je préfère commencer par la fin. Nous reviendrons petit à petit sur ce qui m’a poussé à faire ca. Ce qui m’a poussé à me retrouver ce soir seule dans ma baignoire, dans l’eau chaude rosie par le sang.. Celui émanent des veines de mes poignets, posés délicatement sur mes jambes soudain bien pales. Je sens petit à petit la vie s’éloigner de mon corps, comme si mon énergie s’échappait goutte à goutte, comme si mon ame s’évadait de la prison qu’est devenu mon etre et qui pourtant par le passé… Continuer la lecture

©

Je marche sans un but méditant sur la haine
J’avance éperdu sans voir où mes pieds me trainent
Je vais où les relents de mes humeurs me portent
J’erre comme un cafard, comme un morne cloporte...
Voir la suite Suite

©

Nouveau printemps, nouveau soleil,
Nouveaux crus de couleur orseille
Nouvel affront du temps qui passe
De l’âge odieux qui nous efface...
Voir la suite Suite

Jessica et Sebastien. Non. Capucine et Nathan. Amandine et Pierre selon Oriane. Elle avait fait de ses cheveux noirs corbeaux une natte sur le côté droit de son visage. Ses lunettes de soleil étaient plantées dans ses cheveux alors que le soleil avait disparu depuis longtemps. De grosses boucles d’oreilles rondes se mêlaient à ses cheveux. Elle était belle. Un peu trop de bijoux à mon goût mais elle était belle. Lui, était simple dans son haut bleu. Des cheveux coupés comme il faut et un long nez fin. Je voyais leurs mains se lier puis se séparer puis… Continuer la lecture

©

Tais-toi ! Tais-toi ! Tais-toi mon cœur !
Je suis envahi de terreur
Tais-toi ! Tais-toi ! Tais-toi mon âme !
On sombre à nouveau dans l’infâme...
Voir la suite Suite

©

Un zeste de beauté, un soupçon de tendresse
Une ziggourat d’amour pour toi ma Déesse
Tes yeux d’un bleu profond aux lueurs affolantes
Sont des astres en feu, des étoiles filantes...
Voir la suite Suite

©

Osez protéger nos ressources
Osez briser la folle course
Osez réinventer le temps
Osez l’orée d’un sentiment !...
Voir la suite Suite

Les écrits > Page 6