©

Sûrement, tu te délectes du vent
Qui s’attache à évaporer tes larmes
Tu savoures la fraicheur de son chant
Quand il s’ébroue de Milan jusqu’à Parme

Sûrement, tu ne crois plus aux audaces
Des sentiments qui éclairaient tes jours
Tu te sens nue, acculée, dans l’impasse
Mortifiée par ton immuable amour

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 845 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire