©

Chapitre II – Juliet Berto, volume 1

“Viens, viens !” me disait Marc me tirant par la main.

Nous prenions le métro, le bus, nos jambes… Nous allions dans les quartiers de Paris les plus insolites. C’étaient parfois des quartiers pas très chics, des quartiers sales sous des ponts aériens. Souvent, c’était plutôt à Odéon ou aux Champs-Elysées. Emergeant de nos bureaux, nous courrions au cinématographe. Nous mangions à peine. Pas le temps de se nourrir. On se nourrissait d’images. Il fallait rattraper le temps perdu quand nous étions étudiants, nous avions alors si peu d’argent de poche, et il fallait compter le moindre sou. Vite, on se rattrapait. A nous les festivals de toutes sortes, cinéma italien, chefs-d’œuvre et nanars du cinéma français, festival Bresson, festival Mizoguchi… Vite ! A la Cinémathèque de Chaillot, on ressortait alors les Hitchcock en copies neuves, nous fîmes la queue en riant de joie devant Nathalie Sarraute qui pestait à cause de la foule pour la copie neuve de “Vertigo”. Nous voyions trois films par jour les week-ends. Parfois j’en avais des vertiges.

Le cinéma dans ma vie avait remplacé la littérature. Etudiante, j’avais lu Julien Green, Bernanos, Mauriac, jusqu’à intoxication. Et j’avais lu tous, je dis bien tous, les classiques de la littérature mondiale. Je tombais amoureuse des écrivains. Je m’endormais au milieu des pages. Juste avant de trouver mon premier boulot, je m’étais avalé A la Recherche du temps perdu sans sourciller, tout en ayant parfaitement conscience que la folie-littérature était terminée, que j’allais bosser nom de Dieu, que mon temps précieux allait m’être volé, et que j’allais tomber dans une autre folie.

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


(A suivre Suite)

♦ Carzon Joëlle ©

(vu 918 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire