nouvelle

©

Lou se tenait sur son lit, les jambes croisées. Antoine était sur son ventre. Papa vint, pour la deuxième fois.
– Tu dois te lever, Lou, il est temps.
– Il est temps de quoi ?
– D’aller prendre ton petit-déjeuner. Puis d’aller à l’école.
– Antoine doit prendre son petit-déjeuner d’abord, dit Lou, montrant son ours.
– Il peut descendre avec toi....
Voir la suite Suite

©

Il faisait des châteaux de sable. La plage était pleine, mais il avait son petit coin à lui, tout à lui. Il était concentré et sérieux, tellement sérieux que Yolaine, l’une de ses sœurs, l’appelait « le petit Pape ». On l’appelait d’ailleurs de toutes sortes de noms, mais il s’appelait Théo. Théo était un enfant absorbé. Devant le monde entier, devant les toutes petites choses, il fallait être absorbé. Tout avait un intérêt, petit, grand, immense, plus grand qu’immense. En faisant des châteaux de sable, Théo ne pensait pas qu’au château qui en résulterait, il pensait au Moyen… Continuer la lecture

©

J’écrirai en français. Envers et contre tous. Je suis là pour ça après tout. Pour parler, écrire, respirer, soupirer, en français. J’ai fait de tels progrès déjà. Je comprends bien les petits, je comprends même « papi » qui m’honore de belles phrases d’une autre époque. Justement. C’est peut-être pour ça que je le comprends mieux que les autres, pour ces belles phrases qui me parlent comme à une vraie femme, pas une petite jeune fille de rien du tout. Papi croit que je suis quelqu’un de bien, de digne, quelqu’un qu’il faut respecter....
Voir la suite Suite

©

Il mit sa main dans la sienne. Une si grande main. Il l’obligea presque à prendre sa petite main. « Je suis là, je suis quand même là… », n’osait-il pas dire à haute voix. « Je suis ton petit frère et je suis là. Pense que je suis là ! Regarde-moi ! »...
Voir la suite Suite


La sorcière

©
...
Voir la suite Suite


La sorcière

©
...
Voir la suite Suite


Suite

©
...
Voir la suite Suite


Les démons

©
...
Voir la suite Suite


Suite

©
...
Voir la suite Suite

Elle avait de grands yeux de biche. Il avait fait sa connaissance peu de temps auparavant. Un matin, son maître lui avait dit : viens, nous allons à la ferme des Giovanni. Il s’en faisait une fête, car il aimait gambader derrière le vélo de son maître, même si cela le fatiguait de plus en plus....
Voir la suite Suite

Les écrits > > Page 2