©

De ses yeux si profond, je garde le sucré
L’immense et tendre abime où je me suis tant plu
La douceur de l’azur, le scintillement cru
Diaphane arc-en-ciel aux nuances bigarrées
Charme de l’innocence aux calmes apaisés

« Derrière ce regard où j’ai puisé mes heurs
J’ai cru y discerner la source de tes pleurs
La crainte d’un adieu sans la moindre chaleur
Le souvenir furtif des instants de pudeur
La tristesse d’un soir, angoissant, sans ardeur

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 819 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire