©

Oui, je vous ai connu heureux et plein de vie
Regorgeant de ferveur et d’amitié sereine
En ces instants précieux où le destin s’égrène
Prés du bonheur vécu et pourtant incompris
Dans une ère de joie où l’être est insoumis.

J’ai aimé votre fille et je vous ai aimé
Car j’ai perçu en vous une âme digne et simple.
Sans fanatisme aucun et sans désir d’Olympe
J’ai été votre ami dans ce lointain passé
Et j’ai gardé en moi une estime avouée.

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 1261 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire