©

A vingt ans j’aurai un visage
Si blanc qu’on dirait le reflet
De quelques nuages
A trente ans je serai la maîtresse
De quelques hurluberlus en goguette
De quelques voyous
A quarante ans je me marrerai
Je parlerai de la vieillesse
D’un ton négligent
A cinquante ans je prendrai un époux
Bien chauve et bien fortuné
Avec un château en forêt
A soixante ans je ferai de l’escalade
Et je lirai Charlie Hebdo
A soixante-dix j’adopterai des Indiens
Des jaunes bien jaunes et des Africains
A quatre-vingts je mourrai contente
En buvant du thé vert
Parfumé à la vodka

♦ Carzon Joëlle ©

(vu 593 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire