rupture

©

Atterré, il ne peut s’empêcher de souffrir
Devant l’ange qu’on bat, qu’on meurtrit de blessures
Jusqu’à le plonger dans l’océan sans navire
L’insoutenable cri d’un bourgeon qu’on torture...
Voir la suite Suite

©

Quoi !? Sa vie te déplaît au point que tu l’ignores
Et tu te joues d’elle comme on traite un pantin ?
Tu te ris des blâmes que porte son chagrin ?
Tu te crois le plus beau, le plus grand, le plus fort ?...
Voir la suite Suite

©

Surement, tu te délectes du vent
Qui s’attache à évaporer tes larmes
Tu savoures la fraicheur de son chant
Quand il s’ébroue de Milan jusqu’à Parme...
Voir la suite Suite

©

C’est sur, tu oublieras l’amour de cet éphèbe
Qui émergeait, distant, au milieu de la plèbe
Tout ce qui t’avait plu, sa douce évanescence
Qui mettait en émoi tes sentiments, tes sens...
Voir la suite Suite

©

A présent tu l’ignores, mais il t’aime encore
Tu fuis lorsqu’il approche, évitant sa présence
Tu le laisses blessé, seul avec la souffrance
Qui lui ronge le cœur et déchire son corps...
Voir la suite Suite

©

Ces fleurs sur cette table, elle a cru qu’elles étaient pour elle. Il lui avait pourtant dit : “Nous n’irons pas au paradis ensemble”, et encore : “Le soleil ne brille pas que pour les couples”. Il lui avait montré son dos et sa nuque et ses talons, il avait refusé de répondre à ses questions, il avait ri (de ses mimiques, de sa vision des choses, de ses attitudes enfantines), il avait refusé de la laisser entrer dans la salle de bains, il ne lui avait pas donné ses dates de vacances… Et pourtant ces fleurs sur cette… Continuer la lecture

Lundi.
Hi ! Ou aïe plutôt… Je dis hi ! au petit matin qui se lève. Mon menton est sec, ma joue est barbue. Je me suis réveillé tôt, pensant à Christine qui vient de me quitter. Elle était mon jardin, ma fontaine, toutes mes pensées, mon univers, enfin toutes ces choses qu’on dit dans ces cas-là. Ma petite Christine, petite en taille mais grande en épanchements. Dieu qu’elle était vivante, ma Christine ! Sur le terrain de tennis, où nous allions parfois, on ne voyait que sa vigueur et sa colère. Elle avait de petits yeux noirs perçants… Continuer la lecture