hommage

©

Atterré, il ne peut s’empêcher de souffrir
Devant l’ange qu’on bat, qu’on meurtrit de blessures
Jusqu’à le plonger dans l’océan sans navire
L’insoutenable cri d’un bourgeon qu’on torture...
Voir la suite Suite

©

Tais-toi ! Tais-toi ! Tais-toi mon cœur !
Je suis envahi de terreur
Tais-toi ! Tais-toi ! Tais-toi mon âme !
On sombre à nouveau dans l’infâme...
Voir la suite Suite

©

Ce jour, nu comme un saule éploré et amer
Je pense à ces victimes de l’obscurantisme
A ces êtres meurtris par tant de fanatisme
Lors je leur rends hommage et leur dédie ces vers...
Voir la suite Suite

©

Ces souvenirs anciens alimentent mes heures
Ces rires enfantins ornés de mille fleurs
Ces accès importuns de colère en couleurs
Je suis seul à les voir lorsque s’ouvre mon cœur...
Voir la suite Suite

©

Le morne glas a, par cent trente fois, sonné !...
Voir la suite Suite

©

L’une est la lumière qui danse
La douceur de l’eau qui scintille
Les reflets de l’incandescence
Incrustés dans ses yeux qui brillent...
Voir la suite Suite

©

Oui, ces femmes blessées me donnent le vertige
De l’une, s’épanchant près de moi dans le soir,
Je ne peux effacer les pleurs, de ma mémoire
Souvent je pense à elle, et mon âme se fige...
Voir la suite Suite

©

Feuille blanche de l’enfance
Deux visages du passé
Unis dans mon cœur blessé...
Voir la suite Suite

©

Toi que j’ai habillée d’un sentiment profond
Toi que j’ai sublimée quand je touchais le fond
Toi qui m’as ravivée quand je n’y croyais plus
Toi que j’ai invoquée quand la joie n’était plus...
Voir la suite Suite

©

Aujourd’hui vient le temps de ta triste oraison
Car tu es condamné, par le sort, à périr
Par cette maladie tu t’en vas dépérir
Sans la moindre espérance d’une guérison
Ce cancer, tu le sais, c’est ta lourde prison...
Voir la suite Suite