©

Abritant des relents de souffles éphémères
Près d’une armée de glas meublant mon doux repaire
Jouxtant d’autres encens, d’autres pluies, d’autres sphères
D’autres âmes amères

Un soir où je cherchais à combler mes ennuis
Une voix inutile a affirmé ainsi
« Délaissez la tristesse afin d’oser l’oubli »
Je n’ai pas réussi

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 903 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire