©

Si je te frôle trop, tu enflammes mes sens
Et j’ai le sentiment que tu sens ma présence
Que ton corps insoumis flânant dans tous les sens
Sait qu’il agite, par ses à-coups, ma souffrance.

Je rêve de tes douceurs demoiselle accorte.
Que dans les profondeurs de ton coeur tu me portes.
Que nos sentiments sonnent à la même porte
Mais tu es embrasée par une autre âme forte

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 1300 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire