©

Vivre sans dévaster ou polluer pour vivre
C’est le triste marché auquel l’humain se livre
Atteignant la limite, au point de l’apogée
Le paroxysme invite l’Homme à se damner

Le monde suffoquant, suspendu aux effets
De la folie des uns, voit sa base en danger
Il entend les infernaux échos de la terre
Qui crie dans ses sanglots la tristesse des pierres

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 986 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire