©

Le petit mouton vient d’Irlande. L’Irlande est dans le ciel. Mon oncle m’a donné ce petit mouton que j’ai posé là sous mon coude. Lulu squatte l’ordinateur. Alors je me cramponne à mon stylo d’encre bleue. “ENCORE en train d’écrire ?” me dit maman en passant son nez par la porte. Elle ne se rend pas compte…

Dans ma famille, on est sensé être musicien. Maman joue de la flûte, papa du violoncelle, Lulu gratte sa guitare d’un air inspiré. On est sportif aussi. Musicien et sportif, manuel et corporel. Je ne suis ni l’un ni l’autre. Je n’ai pas l’oreille musicale, les jambes prêtes à tout. Je suis la tarée de la famille, celle qui écrit, le corps penché de côté. “Tu vas attraper une scoliose”, dit papa.

Je la méprise, leur musique. Ils ne le savent pas. Ils ne savent pas que je suis très haut sur mes collines d’Irlande, que je suis un vent qui souffle et qui caresse les laines des moutons. Tonton m’emmènera là-bas, il me l’a promis quand je le lui ai demandé. Si ce n’est pas aux vacances prochaines, ce sera aux suivantes. Maman fait la moue. Qu’elle la fasse…

Mon petit mouton me dit, chaque jour, que là-bas existe, que les ciels d’Irlande sont faits pour l’écriture, que tonton me fera grimper sur les falaises. Là-bas, je serai sportive, enfin, mais sans ma famille d’ici.

J’écris un journal. Un jour, de la salle de bains, j’ai entendu maman qui le lisait à papa et Lulu. Dans ma baignoire, j’ai cru mourir de honte. Maintenant il est sous clé. J’écris aussi des espèces de lettres… en allemand. Personne ne parle allemand dans ma famille. Ce doit être du très mauvais allemand. Ma prof serait certainement effondrée en me lisant. Ce sont des lettres à moi-même. Quelquefois ce sont des lettres à Boy. Boy ressemble à tonton. Il rit comme lui. Boy n’est ni musicien ni sportif. Boy connaît l’Irlande. Boy comprend mon allemand “spécial”. Boy écrit.

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ Carzon Joëlle ©

(vu 845 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire