©

Nous avions de bonnes odeurs dans les narines
Les narines frémissantes au soleil
Nous avions la mer et les montagnes et le ciel et les fleurs
Nous étions les rois
Nous avions l’insouciance joyeuse des commères
Nous nous tenions la main nous riions de tout

C’était avant
C’était il y a peu c’était il y a longtemps
Au temps du soleil au temps
De Paris est une Fête
Tout était possible c’était il y a si longtemps
Que mon cœur se déchire

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ Carzon Joëlle ©

(vu 634 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire