©

Nouveau printemps, nouveau soleil,
Nouveaux crus de couleur orseille
Nouvel affront du temps qui passe
De l’âge odieux qui nous efface

Qui nous assène, imperturbable
Les stries des ans, ineffaçables
Nous menant vers notre indécence
Là où la vie n’a plus sa chance

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 456 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire