C’en est fini de l’enthousiasme des enfants,
Aux vacances d’été, sous le jour qui s’esquinte,
À percer le secret des craquettes qui tintent
Sous les herbes des champs soulevées gentiment.

C’en est fini des doux délices et des joies
Candides des béguins et des premiers amours.
C’en est fini de l’érotisme des émois
Des baisers du matin en guise de bonjour.

C’en est fini hélas. C’en est fini aussi
Des humeurs insouciantes ; des vins de bohème,
De chanter, enivré, sur la plage d’Issie
Les accords hélianthèmes du carpe diem.

C’en est fini hélas. C’en est fini enfin
De flamber d’un long feu lorsque je couche seul,
Par le fantasme d’achever, un jour prochain,
Les desseins des enfants que les âges envolent.

(à suivre…)

♦ Yohann Varin ♦

(vu 770 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire