©

Introduction

Les jeunes années 80

Les années 80… Immédiatement, on pense 1981, l’élection de François Mitterrand. J’étais justement ce soir-là à Conflans-Sainte-Honorine chez mes parents, je ne sais pas pourquoi car j’habitais à Paris depuis deux ans. Mon père était déjà couché (oui, je sais, 20 heures c’est un peu tôt, mais c’est à cette heure-là que mon père se couchait) ; ma mère a réveillé mon père pour le lui dire. « La gauche a gagné ! » Mon père a fait « Ah bon ? » et s’est rendormi. Aujourd’hui encore, il fait encore « ah bon ? » l’œil étonné, mais c’est pour d’autres raisons. « Ah bon ? » a donc dit mon père comme s’il n’était pas du tout concerné alors que nous votions tous les trois à gauche. Ma mère et moi, si je me souviens bien, étions très contentes. Très contentes et très étonnées. On est plutôt pessimistes dans ma famille et on croyait que la droite c’était pour toujours. A jamais. Contentes, mais finalement pas plus que ça. Mes parents n’avaient la télévision que depuis peu. D’ailleurs, mon père ne la regardait jamais, c’était réservé à ma mère dans une petite maison au fond du jardin. Une maison séparée de la maison principale. La télévision l’Ennemie du Peuple, selon mon père. Comme le téléphone. Si, si, en 1981 je vous assure ! Mon père qui travaillait à la SNECMA et faisait des essais sur les vibrations de moteurs d’avions, était opposé au progrès. Randonnées-randonnées, et surtout pas d’infos. Pourquoi ? Pour cause de nervosité peut-être. Mon père avait horreur du bruit (cela venait peut-être du fait qu’il avait travaillé comme ouvrier dans des ateliers très bruyants). Pauvre papa, opposé au bruit et à la foule, et vivant dans la région parisienne, et travaillant sur les moteurs d’avions.

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


(Voir la suite Suite)

♦ Carzon Joëlle ©

(vu 1870 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire