©

Chapitre I – Dans Paris

« Sur l’écran noir de mes nuits blanches
Moi je me fais du cinéma
(…)
Et je t’emmène au cinéma. »
Claude Nougaro

« Une petite fille en pleurs
Dans une ville en pluie… »
Claude Nougaro

Je quittai Conflans-Sainte-Honorine, ses péniches, ses trains de banlieue, et son Michel Rocard sinon rien. Il y avait aussi des péniches dans le Loiret, là où vivait ma grand-mère. Et il y avait des péniches aussi à Paris, me disais-je. A Paris, vivait déjà Sonia. Elle m’attendait. Finies les études qui nous avaient bouffé la tête et la vie, finis les parents, finies nos mères d’une autre époque qui nous nourrissaient trop et nous polluaient nos rêves. Nous allions être, enfin, des jeunes filles minces, des jeunes filles qui travaillaient, des jeunes filles qui s’envoyaient en l’air et qui n’avaient peur de rien. Nous allions dévorer le monde et les hommes. Pour l’instant on n’était que des petites secrétaires, mais bientôt, Sonia et moi, nous serions journalistes, écrivains, musiciennes. Nous ne nous marierions pas, nous ne ferions pas d’enfants, nous n’achèterions pas de maison, nous serions PARISIENNES ! Déjà, le beau Marc me prenait la main et m’emmenait dans tous les cinémas, à travers Paris : l’Action-Christine, l’Action-Lafayette, l’Olympic du XIVe de Frédéric Mitterrand, la Cinémathèque de Chaillot… Nous allions, nous courions, nous volions d’un cinéma l’autre. Paris c’était le cinoche. Paris c’était les rêves et les acteurs et François Truffaut et Roman Polanski. Paris c’était Marc (qui habitait encore à Conflans-Sainte-Honorine) qui mangeait vite vite un sandwich entre deux films. Nous n’avions pas le temps de manger, Buster Keaton nous attendait.

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


(Voir la suite Suite)

♦ Carzon Joëlle ©

(vu 1208 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire