©

Voilà, je suis assis et j’épie les passants
Je dissèque les âmes, critique les vies
Je découvre certains par hasard ou magie
D’autres ne m’étonnant que par leur pas glissant

Mais une ombre furtive colle à ma mémoire
« Qui es-tu donc ? » Lui dis-je, en me croisant les bras
« Tu n’as pas les aspects d’une âme d’ici-bas
Tu n’es ni floue, ni belle, et puis tu peux me voir. »

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 1665 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

3 commentaires pour L’Ombre

Laisser un commentaire