L’Ombre de toi-même 8 out of 10 based on 2 ratings.

– Mais qui es-tu toi, pour me suivre et oser t’approcher si près de moi ?
– Qui es-tu à l’intérieur de cette obscurité qui te protège ?
– Nous sommes-nous déjà rencontrées ?
– Tu dis bien me connaître ?

Ah, ah ! J’en doute, ne me connaissant pas moi-même !
– Comment ça, nous ne pouvons pas nous quitter ?
– Tu es « Moi » et je suis « Toi » ? Tu es mon amie fidèle ?

Allons bon …
Je l’avais aperçue, dans un rayon de soleil mais j’ignorais totalement qui pouvait-elle bien être …
De cette image furtive, je n’ai gardé aucun souvenir, aucune odeur, aucune émotion comme si elle n’avait été qu’illusion ou hallucination.
Elle disparaissait et resurgissait comme par magie.
Pourtant, elle devait me suivre déjà depuis un bon moment, dans la clarté d’un jour radieux.
Je n’ai rien vu, rien senti, pas même un souffle au creux de ma nuque. Rien qui pouvait manifester sa présence à mes côtés, devant ou derrière moi …
Je marchais tout droit, il est vrai, m’intéressant davantage au paysage, au décor de cet endroit si particulier.
Quand soudain, mes pas s’immobilisèrent brusquement devant une masse énorme, gigantesque, sans formes, sans visage et sans nom !

– Mais qui êtes-vous ? Demandai-je pétrifiée …

D’un ton calme et apaisant, une voix sortie d’un « clair-obscur » résonna alors :
– Toi qui aimes tant la lumière du jour, du soleil et de la vie, tu n’existerais pas sans moi …
– Je suis ton Ombre !

♦ Marie Da Cruz ♦

(vu 1143 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

1 commentaire pour L’Ombre de toi-même

Laisser un commentaire