©

Quand, dans nos souvenirs, une fée nous poursuit
Nous gonflant d’un orgueil qui lentement nous nuit
Qu’elle redore alors le fruit de nos essences
Le froid, la nostalgie habitent tous nos sens…

Déjà tu penses à elle et tu crois la revoir
Ses humeurs délurées, son rire ostentatoire
Ses doux yeux de félin, si séducteurs, mi clos
Son corps fin de déesse, et la soie de sa peau

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 288 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire