©

Le cœur cogne si fort que les portes s’ouvrent
Un paysage
Un paysage immense cent paysages mille paysages
Tu as beaucoup vécu et les portes s’ouvrent encore
Pousse celle-là
Ne te méfie pas du vent qui souffle
Du vent chagrin
Du vent violent
Ne te méfie pas des larmes des larmes
De tous ces enfants de tous ces adultes de tous ces gens
Il y a la guerre encore
Vois les larmes mais ne les prends pas pour toi
La guerre la guerre la guerre encore
Il y eut cent guerres pour toi
En toi
Tu as beaucoup vécu et les portes les portes
Risqueraient de se fermer…

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ Carzon Joëlle ©

(vu 944 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire