©

Ces fleurs sur cette table, elle a cru qu’elles étaient pour elle. Il lui avait pourtant dit : “Nous n’irons pas au paradis ensemble”, et encore : “Le soleil ne brille pas que pour les couples”. Il lui avait montré son dos et sa nuque et ses talons, il avait refusé de répondre à ses questions, il avait ri (de ses mimiques, de sa vision des choses, de ses attitudes enfantines), il avait refusé de la laisser entrer dans la salle de bains, il ne lui avait pas donné ses dates de vacances… Et pourtant ces fleurs sur cette table, elles étaient pour elle. Les fleurs étaient pour la petite personne merveilleuse qu’elle était, ces fleurs étaient pour la femme qu’il aimait. Ces fleurs sur cette table, elle y croyait comme elle croyait à l’amour, un amour à deux, un amour partagé, un amour entre elle et lui.
Elle a cru qu’elles étaient pour elle. Elle, Françoise-Bella Cambremez. Il les lui avait envoyées ce matin. Il les avait achetées à la fraîche, plein d’elle, de son odeur, plein de son sourire rien que pour lui.

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ Carzon Joëlle ©

(vu 1134 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire