©

Assise sur une marche, elle semble ailleurs,
Perdue dans ses pensées, dans ses souvenirs lointains
Une larme roule sur sa joue, venant de son vieux cœur
Sur ses pommettes ridées, presque autant que ses mains.

Elle repense aux hiers, sa jeunesse pleine d’espoirs
Et elle pense aux lendemains qu’elle ne pourra plus voir
Elle revoit son amour parti depuis longtemps
Et elle voit jouer dans la cour ses arrières petits enfants.

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ Catherine Albatta ©

(vu 524 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire