©

La pierre nie le vent, s’habille d’impassible
Et comme l’océan, apparait insensible.
La pierre qui brunit quand s’égrènent les ans,
Se délite pourtant lorsque file le temps.

Le froid qui la compose enrichit sa texture,
Lui donnant un aspect, une illusion de pur.
Sa lourdeur n’a d’égal que sa masse imposante.
Elle est parfois douceur mais jamais caressante.

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh © ♦

(vu 1355 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire