©

VIII – Les Parisiens (parties 1 et 2)

Première partie

Quelques années plus tard, sous un autre soleil, dans un Paris plus accueillant, Pierre devait rencontrer les petits banlieusards favorisés des banlieues pavillonnaires. C’étaient de petits bourgeois bien habillés, étant tous allés jusqu’au Bac ; enfin ils avaient des parents, quels qu’ils fussent.

Ceux d’Alain se disputaient : ils en arrivaient aux mains, faisaient peur à leurs enfants. Ceux de Lucie se chamaillaient, s’enfermaient d’année en année dans un égoïsme de plus en plus satisfait. Ils aimaient la nature et montraient un minimum d’intelligence politique. Mais tous ces parents étaient de vrais parents et avaient marqué de leur empreinte l’esprit et le cœur de leur progéniture.

Ces « petits favorisés » avaient grandi dans de vraies maisons, avec des salles de bains et des W.-C. Leurs mamans recousaient leurs vêtements déchirés et les soignaient lorsqu’ils se faisaient mal. Ils étaient propres, et polis avec les grandes personnes. Ils étaient bien élevés et hypocrites.

*

C’est dans une ferme de Provence où il s’était réfugié après une maladie et où il savourait sa convalescence en attendant Béatrice que Pierre rencontra Alain, le premier ami de la future « bande ».

Le nouveau venu prenait son temps, il aimait vivre et mettait dans tous ses actes l’amour de cette vie curieuse qui lui avait pourtant joué bien des tours. Alain lisait. Il lisait avec lenteur et bonheur, il essayait de tomber amoureux de même : il était un observateur passionné et amusé des gens et des scènes de la vie quotidienne ; il était paresseux. Ses yeux violets, magnifiques, étaient rendus vivants et clairs par de longs cils noirs. Les autres l’intéressaient ; on l’aimait. Da curiosité de tout rendait les gens curieux, il était charmeur et l’on se laissait prendre facilement, trop, à ce charme infini. L’intelligence paresseuse d’Alain était une toile d’araignée ; c’était l’un des pièges de l’amour.

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !



(Voir la suite Suite)

♦ Carzon Joëlle ©

(vu 784 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire