©

XVI – Partir

Lucie aimait les jardins du Palais Royal, et dans son allée marchande, la jolie boutique de boîtes à musique, la Seine bien sûr, le visage blanc et figé des statues, les clochards de la Place Clichy, mais aussi ces choses et ces êtres minuscules et extraordinaires qui surgissent aux endroits les plus inattendus de la capitale : une fontaine avec vasque pour les chiens dans une rue du IXème, un kiosque, un square, un portail, une devanture délabrée, d’un autre siècle, du côté de la rue des Blancs-Manteaux, les pigeons, les chats miaulant la queue en l’air sur les toits des voitures stationnant aux endroits interdits. Paris insupportable qui contenait et préservait du merveilleux à ne plus savoir qu’en faire… Paris délicieux qui rejetait au petit matin ses poubelles et ses immigrés… Paris indifférent qui l’avait pourtant accueillie et abritée pendant des années… Paris où elle avait rencontré Alain, Nelly et Patrice… et enfin Pierre.

Enervée par sa promenade indécise, inquiète de cette nuit qu’elle n’avait pas vraiment vu arriver, Lucie accéléra sa marche et rentra chez elle.

De son fouillis (armoire d’où les vêtements émergeaient en vrac, livres posés un peu partout –sur les sièges et par terre- vases où fanaient des fleurs, paires de chaussures aux moitiés introuvables), elle choisit le minimum qu’elle supposait essentiel. Elle mit ses chaussures les plus confortables, remplaça son corsage trop féminin par un T-shirt à manches longues, ôta son maquillage et se recoiffa. Dans le sac à dos, elle mit une gourde, un couteau, quelques vêtements, ses papiers, des comprimés d’aspirine, la pilule, deux ou trois photographies où Pierre regardant l’objectif bien en face posait, le nez retroussé et la cigarette de travers.

Elle se demanda si elle devait appeler ses parents.

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


FIN

Paris, 8 rue Lécluse, 1982-1984

NOTE DE L’AUTEUR : Que sont mes amis devenus ?… Lucie est devenue professeur d’anglais, « expérience » difficile. Elle vit dans le Loiret. Sonia et Cyril ont eu un fils et se sont séparés. Sonia travaille dans un grand ministère. Nelly et Patrice ont eu un autre enfant, un fils, et se sont séparés aussi. Pierre est devenu peintre et sculpteur, il vit en Bretagne. Alphonse a acheté les chambres de bonne qu’il louait à Paris. Alain est mort du sida en 1988. Ni Lucie ni Pierre n’ont eu d’enfant. Tous ont vécu des épreuves pénibles, la première étant la mort d’Alain.

♦ Carzon Joëlle ©

(vu 1010 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire