©

XIV – Liberté

Pierre était parti : Pierre et ses rêves, Pierre et ses enthousiasmes, Pierre et sa turpitude, Pierre et son honneur.

Le garçon était parti et elle se retrouvait seule, anormalement sereine, anormalement gaie. Elle était gaie, oui, songeait à changer sa coiffure, peut-être même à se teindre ; elle songeait à rire et à séduire. Elle s’offrait au miroir : elle était brune, charmante, elle avait le plus beau des sourires ; peut importait ce gosse qui n’était pas né (trente ans…), qui ne naîtrait sans doute jamais. Nelly ou Sonia feraient des enfants à sa place. Elle, elle était venue sur cette terre pour une autre destinée. Elle s’était vue actrice, peintre, écrivain, puis « au contraire » mère et femme douces et attentives, toujours prêtes… Elle ne serait tout cela que si elle prenait la décision…

Pierre aurait pu lui proposer de partir avec lui. Pierre aurait pu l’emmener. Pierre aurait pu. Il aurait pu, mais quelle aurait été sa réaction ?

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !



(Voir la suite Suite)

♦ Carzon Joëlle ©

(vu 890 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire