©

« Qui pourrait se vanter, d’ici et par le monde
D’être l’égal d’Humphray, qui les dieux seuls seconde ?
Pour se tenir debout aux côtés du grand mage,
Qui serait assez fort ? Qui serait assez sot ?
Qui pour lui disputer les glands ornementaux
Qui parent son habit d’un rutilant sillage ?

Qui oserait braver les tortures sans nombre
Frappant qui, seulement, marcherait sur son ombre ?
Nul ne peut contester l’implacable puissance
De celui qui, ce soir, se tient sur cette estrade,
Celui qui, à lui seul, vaut bien mille pléiades
Et les supplanterait de sa luminescence.

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ Tristan Kopp ©

(vu 602 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire