©

J’ai su la source de la vie
Les limites de l’existence
Le triste seuil de nos démences
Juste à l’orée de la folie

J’ai su un visage d’enfant
Aux yeux coruscants de tendresse
Mouillés d’un soupçon de tristesse
Mais d’un éclat étincelant

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 879 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire