©

Un jour où je voguais au bord de l’indécence
J’eus l’indiscrète idée d’écouter dans le vent
La complainte meurtrie d’un habitant du temps
Pour qui l’isolement n’était plus une chance

Il eut ces termes crus, s’adressa ces alarmes
Sans se douter qu’un fat, un curieux l’écoutait
Il prononça ces mots si durs, en aparté…
Je les ai retranscris sans changer une larme :

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 833 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire