©

Je t’ai bien accueillie ma tendre et chère femme
Convoquant le succès avant qu’il ne s’envole
Survoltant les démons que le désir affole
Renonçant aux plaisirs éphémères, sans flammes

Je t’ai bien accueillie mais j’avais occulté
Ces pulsions enfouies dans d’étranges souffrances
S’exprimant par a-coups en nébuleuses stances
Pour que s’ouvrent aux cieux mes desseins invoqués

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 1031 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire