©

… Car au fond, au bout du compte, il ne restera rien !

Dans un lointain passé, j’ai connu l’insouciance
La folie, l’interdit, les rêves de puissance
Je venais le clamer quand l’onde de la vie
Me coulait sur les plaies en faisant tant de bruit

Au cœur de mes passions, je livrais mes batailles
Cherchant d’autres secrets au fond de mes entrailles
J’oubliais de donner, j’oubliais que l’on ose
Je cueillais les instants comme on danse une prose

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 656 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire