poeme

Poésie en vers, poème.

©

Rythme de feu et de conquête
Qu’importe l’enjeu et la quête
Que le temps soit au vert ou bleu
Le cœur est gris dès lors qu’il pleut...
Voir la suite Suite

©

Devant ce feu grandiose, auguste, éblouissant
Qui bruisse, grésille, sur un tempo brulant
Au moment fatidique où la journée se meurt
Je me sens transporté dans un monde intérieur...
Voir la suite Suite

©

Tu empruntas, jadis, les sentiers du blasphème
Tu recouvris tes yeux de sombres, noirs émaux
Pour suivre ces sillons, ces pistes, ces canaux
Ces chemins sinueux ne menant qu’à soi-même...
Voir la suite Suite

©

Lance donc les dés du hasard
Pour que je découvre demain
Que je sache où va mon destin
Quand le présent fuira, hagard...
Voir la suite Suite

©

Il rêve de cet instant
Où il jouira de t’entendre
Flirter en lui susurrant
Des vocables doux et tendres...
Voir la suite Suite

©

–...
Voir la suite Suite

©

Où trouver l’insouciance et ne plus réfléchir ?
Où prouver que le monde n’a pas d’avenir ?
Où pleurer pour ne plus voir les autres souffrir,
S’excuser d’exister au bout de longs soupirs ?...
Voir la suite Suite

©

Qu’as-tu fait Joëlle depuis tout ce temps ?
As-tu regardé les arbres ?
As-tu regardé les fleurs pousser ?
As-tu regardé les gens passer ?
Qu’as-tu fait depuis des lustres ?
As-tu écouté ton cœur battre ?
Oui, tu l’as écouté
Il battait si fort et il était plein de peine
Mais la peine passe
Passent la peine et les chagrins
As-tu senti la main sur ta joue
La caresse est si bonne
Qu’as-tu fait Joëlle depuis tout ce temps ?...
Voir la suite Suite

©

Comment peut-on se faire la guerre
Quand tant de gens souffrent et ont faim
Comment amenuiser la colère
Des déments qui ont entre leurs mains...
Voir la suite Suite

©

La rage nous menace, elle envahit nos heures
Sournoise, omniprésente, elle opprime nos cœurs
Elle emplit ces moments où règne la douleur
Et se calme un instant quand la vie est douceur...
Voir la suite Suite