©

Devant ce feu grandiose, auguste, éblouissant
Qui bruisse, grésille, sur un tempo brulant
Au moment fatidique où la journée se meurt
Je me sens transporté dans un monde intérieur

Centre de cette ardente veillée de décembre
Les braises rouge vif se transforment en cendre
Dans cette fournaise envoutante, qui fait rage
Les flammes m’hypnotisent, se muent en mirages

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 44 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire