Dis-le à qui tu sais… 10 out of 10 based on 2 ratings.


©

Oui, le totalitarisme pointe le bout de son nez… Il est à nos portes !

Il devient un vrai danger dès lors que l’on ignore la grogne qui monte, que l’on violente et terrorise la population, que l’on utilise l’armée afin d’occuper en permanence nos villes, laissant supposer une répression militaire possible, que l’on laisse faire, voire que l’on encourage, les violences policières, que l’on souhaite légaliser la reconnaissance faciale, la présence de le police dans les écoles, la possibilité d’armer les polices annexes (municipales, …), les vigiles, que l’on favorise les privilégiés au détriment des plus démunis, etc…

On ne peut parler de démocratie lorsque le peuple n’est plus écouté ! Quelques dirigeants, que l’on soupçonne de représenter en fait des intérêts privés obscurs, prennent des décisions contre leur propre peuple. Ce n’est pas pour cela qu’ils ont été élus. Ils sont à leur poste pour représenter la démocratie, qui est le pouvoir par et pour le peuple souverain…

Lorsqu’une grande partie de la population est contre certaines mesures (réforme des retraites, etc…), le gouvernement à 3 solutions :

1-abandonner la réforme;

2-soumettre la réforme à l’avis du peuple par référendum (comme cela s’est fait pour le Brexit au Royaume-Uni, décision respectée par tous les démocrates britanniques, même les plus réticents);

3-imposer la réforme au risque de faire monter les tensions, de frustrer une grande partie de la population et de leur retirer leur légitimité.

Les agents de l’état (policiers, militaires, vigiles,…) menacent et violentent les gens afin de les décourager de manifester leur désaccord avec les dirigeants… Ils utilisent les médias pour cela, affichant leurs violences en direct devant les caméras. C’est une montée larvaire de la terreur.

Il faut remonter à la guerre de 39/45 pour voir quotidiennement des militaires patrouiller dans les villes ! Tout le monde sait bien qu’ils n’ont aucune utilité contre le terrorisme… Ils ne servent qu’à faire peur au peuple, qu’à montrer qu’ils sont là et qu’ils pourraient agir à tout moment, comme ce fut le cas lors de certaines manifestations… Les pays à régime totalitaire, les dictatures utilisent, tous, leur armée pour menacer et réprimer leur population…

Tous ces événements, comme l’état d’urgence permanent, la présence de militaires lourdement armés dans les rues de nos villes, les violences policières, etc sont de nature à faire émerger des craintes légitimes de montée du totalitarisme.

Et même si le gouvernement actuel n’est peut-être pas aussi totalitaire qu’on peut le supposer, il met en place un arsenal répressif qui pourra être repris par d’autres élus futurs qui n’auront peut-être pas les mêmes réticences à employer la force et la répression !!!

De plus, placer un policier à la tête du ministère de l’intérieur, c’est installer le renard dans le poulailler, avec les clés pour qu’il puisse faire enter ses amis… Plus aucune temporisation n’est alors possible !

Donc oui, il y a danger en ce moment pour notre démocratie.

Les lignes sont en train de vaciller vers plus d’autoritarisme, moins d’écoute des populations, plus de décisions prises sans leur consentement ! C’est du jamais vu depuis mai 68…

Jusqu’à présent le peuple disposait de moyens pour faire pression sur le pourvoir afin de remettre en cause des destins que la majorité des gens refuse… Mais s’il n’est plus écouté, et s’il est menacé, terrorisé, frappé, éborgné, handicapé, on peut s’attendre à ce que la colère monte de plus en plus. S’il n’existe plus de soupape de sécurité, si vous bouchez le trou qui permet à l’air chaud de s’échapper de la cocotte-minute, au bout d’un moment, elle explose.
Les événements de mai 68 en sont une illustration flagrante !

Alors, vas-y, dis-le à qui tu sais afin qu’il sache ce que pense le peuple… Et dis-lui qu’il n’est pas trop tard…

♦ JC Fartoukh ©

(vu 1342 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire