©

Tu te souviens de cet éphèbe au visage oblong
Avec ses yeux envoutants, ses soyeux cheveux blonds
Au sortir de l’enfance, tu n’avais pas connu
La jouissance charnelle de deux êtres à nus

Tu découvrais ton corps et les plaisirs délicieux
Que donne la nature, ce capital précieux
Tu appris quelques secrets de fée pour t’embellir,
Pour être l’objet de fantasmes et de délires

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 776 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire