©

Tu empruntas, jadis, les sentiers du blasphème
Tu recouvris tes yeux de sombres, noirs émaux
Pour suivre ces sillons, ces pistes, ces canaux
Ces chemins sinueux ne menant qu’à soi-même

Pourquoi cette symbiose et cette envie d’ensemble,
Ce gout pour les récits, les fabliaux, les vers ?
L’encre que tu déposes en déliés amers
N’est que l’évocation de ce qui te ressemble

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 60 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire