©

Dans un silence de ténèbres
Je vous imaginais célèbre
Mais je ne vis que vos contours
Dans une alcôve en contre-jour

A l’heure où l’ombre nous dédouble
Je percevais vos tendres troubles
Vos mains tièdes roulant sur moi
Vos lèvres glissant sur mes doigts

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 653 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire