©

C’est sûr, tu oublieras l’amour de cet éphèbe
Qui émergeait, distant, au milieu de la plèbe
Tout ce qui t’avait plu, sa douce évanescence
Qui mettait en émoi tes sentiments, tes sens

C’est sûr, son récent désamour te rend violente,
Il amplifie l’écho des démons qui te hantent
Tu voulais, avec lui, vivre un destin sucré
Mais son indifférence a tout assassiné

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 543 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire