Cent trente ! 10 out of 10 based on 2 ratings.

©

Le morne glas a, par cent trente fois, sonné !

Ces êtres animés de passions, d’innocence
Ne demandaient qu’à profiter de l’existence
Mais à l’immonde sentence ils se sont heurtés
La faucheuse les a brusquement emportés…
…Le morne glas a, par cent trente fois, sonné

Il n’y a plus de mots pour exprimer l’horreur
Pas de cris assez forts pour pallier la douleur
Lorsque l’Atropos propage son obédience
Il n’y a que le deuil qui couvre les souffrances
Que les larmes, les pleurs qui suintent de nos sens

Les hyènes aveuglées par la haine et la rage
Ont pris l’esprit des purs pour clamer leur message
Ces ignobles ont cessé de penser en humain
Ils ne parviennent plus à distinguer le bien
Le sang des victimes leur entache les mains

Prédateurs sordides, sans morale, sans foi
Salivant à l’idée de provoquer l’effroi
Ils ont prémédité leurs violentes folies
Planifiant minutieusement leur infamie
Ils ont guetté leurs proies, dans la noirceur, tapis

Ils ont meurtri des chairs, ils ont violé des âmes
Ils ont soustrait les vies des hommes et des femmes
Par ce cruel carnage ils ont brisé des chances
A ces anges, ils ont dérobés l’innocence
Les surprenant au plus fort de leur insouciance

Ils ont joué du fait qu’ils étaient supérieurs
En force, en arme, en haine, en semant la terreur
Ils ont exécuté ces gestes incongrus
Perpétrant le malheur, comme une insulte crue
Organisant leurs desseins monstrueux, abstrus

Lors ils ont asséné les fruits de leur mitraille
Provoquant des dégâts, des plaies et des entailles
Portant leur triste mort à leur taille, glacials
Ils ont achevé leur exécution bestiale
En explosant leur corps dans un fracas fatal

Leurs cibles ont rejoint le monde du passé
Leur vibrante lueur ne luira plus jamais
Plus jamais ils n’auront de désirs à soumettre
Plus jamais ils n’auront la chance de connaitre
Un amour, un amant, la naissance d’un être

Ils ne demandaient qu’à jouir de leur liberté
Mais ils se sont heurtés aux infâmes damnés
Ces êtres innocents, de passions, animés
La faucheuse les a brusquement emportés…
…Le morne glas a, par cent trente fois, sonné

♦ JC Fartoukh ©

(vu 583 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire