Aymeric Caron : Antispécisme ou plagiat ? 10 out of 10 based on 19 ratings.


Suite

©

Aymeric Caron : antispéciste ou spécialiste et organisateur de plagiats sur le dos des Internautes, des auteurs de l’ombre ?
Sincère ou avide de profit ?
La cause animale ne serait-elle qu’un moyen de se faire un maximum d’argent ?
Je crois bien que j’ai la réponse…

Je me souviens du 9 avril 2016 au soir, lorsque j’ai regardé l’émission « On n’est pas couché » (ONPC) dont vous, M. Caron Aymeric, étiez l’un des invités.

Je revis ce moment où j’ai sursauté lorsque je vous ai entendu parler de votre dernier livre, Antispéciste, chez « Don Quichotte éditions », pour le défendre… enfin pour vous faire de la publicité…
Vous étiez d’une sérénité olympienne, ce qui est étonnant quand on doit se faire cuisiner par les chroniqueurs de cette émission… mais ce n’était pour vous qu’un jeu de rôle, n’est-ce pas ?
Au vu des questions posées et des flatteries à votre égard, vous étiez de connivence …

La première partie de votre intervention, lorsque vous définissez l’Antispécisme, commence à m’intriguer un peu, car je reconnais là un sujet que je traite dans mon manuscrit « Abel et Zyph » écrit entre 2011 et 2014.
« Abel et Zyph » est un roman, qui, sous couvert de narration de la vie d’une famille, sur plusieurs générations, aborde des réflexions sur quelques sujets comme la souffrance, la solitude, la mort, l’infini, la violence, le temps, etc.
Cela sous forme de dialogue entre deux amis.

J’invite activement tous ceux qui sont intéressés par mon manuscrit, ne serait-ce que pour vérifier la sincérité de mes propos et de mon indignation, à prendre contact par mail (via ce site)…
Je leur adresserai alors gratuitement une copie par mail…

Dans ce manuscrit, donc, j’évoque (dans les paragraphes : « 8 La conscience, l’intelligence », « 10 La mort », « 12 La bien, le mal… », etc.) cette position de tolérance que vous présentez dans l’émission, que vous nommez « Antispécisme ».
Par exemple, dans le chapitre « 12 La bien, le mal… » je précise :
« … je ne pense pas, comme certains le prétendent, que l’Homme soit supérieur aux autres espèces…
Il n’y a pas d’être supérieur à un autre…
Chacun a sa propre condition, ses propres atouts, ses domaines de compétence où il excelle… « …

Je suis donc un peu interloqué par la similitude de nos positions à propos du vivant, mais bon, on peut avoir le même raisonnement après tout…

Puis, un peu plus loin vous indiquez que :
« … Tous les vivants sont constitués de la même matière : les atomes, les mêmes atomes… ».
Deuxième coïncidence ! C’est ce que je dis dans mon manuscrit :
– chapitre « 8 La conscience, l’intelligence » :
« …L’Homme est physiquement composé d’atomes, de cellules, de synapses, de neurones, etc., comme tous les autres êtres vivants sur terre… »
– chapitre « 10 La mort » :
 » Les atomes présents dans l’univers n’ont fait que se transformer, s’agencer, se composer pour permettre à l’être d’émerger… »
Etc.

Là je suis tout ouïe à vos propos ! Et j’entends de nouvelles affirmations de votre part :
« …la conscience portée par un corps… »,
« …l’esprit, la lumière qui nous a éclairé… »,
« …différence de degré entre l’homme et l’animal… »

Quoi ! Me dis-je. Mais c’est l’essence de certains propos que s’échangent les deux principaux protagonistes dans « Abel et Zyph » !

Que se passe-t-il ?
Aymeric Caron n’est pas assez inspiré ?
Il se serait jeté avidement sur les écrits d’un autre, d’un pauvre hère qui a travaillé plusieurs années pour produire son texte ?

Mais où aurait-il eu mon manuscrit ?
Non, je dois me tromper… Ce ne sont que des coïncidences, voilà tout !

Je me rassure et continue d’écouter.
Encore quelques propos, dans votre bouche, ressemblants à mon texte mais bon, je laisse filer…

Puis un débat devient très animé entre vous et Yann Moix…
Et tout à coup, vous lui assénez un argument pour le convaincre que vous êtes dans la vérité et qu’il se trompe…
Mais là, il s’agit d’un argument présent dans mon texte, que j’ai totalement imaginé :
 » … Et l’homme est-il supérieur parce qu’il pense ?
Et si l’on était tenté de répondre oui à cette dernière question, alors un homme qui pense plus ou mieux qu’un autre, lui est-il supérieur ? … »
Un argument que je vous entends prononcer, mais un peu modifié, reformulé à votre sauce, en comparant les hommes valides aux handicapés (!?)…
Vous avez d’ailleurs l’air un peu gêné quand vous lâchez votre réplique…
J’imagine désormais que c’est pour en cacher l’origine, parce que vos propos sont publics, écoutés par tous, et peut-être par l’auteur originel (moi en l’occurrence)…

Je suis abasourdi… mais comment cela peut être possible ?
J’ai toujours du mal à y croire ! Non, ça ne se peut pas !

Mais d’autres répliques de votre part, lors de ce débat, viennent consolider mes doutes.

Il faut que j’en aie le cœur net !

Plus tard, je me procure votre livre, et ô désastre (pour moi), cela confirme mes soupçons.
Dans votre livre, j’y retrouve la plupart de mes thèmes… enfin ceux qui vous ont semblés accessibles, je suppose…

Les paragraphes de mon manuscrit Abel et Zyph :
– « 1 La rencontre »,
– « 6 La solitude »,
– « 8 La conscience, l’intelligence »,
– « 10 La mort »,
– « 16 Le temps »,
– « 18 La relativité »
– « 20 L’infini »,
– « 22 La guerre »,
– « 24 Rêves »,
– « 26 La connaissance »
– « 28 La violence »
– « 30 Vivre ! »,
– etc.
ont été allègrement pillés, pompés, plagiés.

Je retrouve dans votre bouquin un condensé de mes réflexions, certes mieux documenté (vu que moi je n’ai rien documenté), mais néanmoins reprenant la même thématique et aboutissant aux mêmes constats…

Alors là plus de doute !

*** Un document similaire est en vente sur Amazon ! ***
Pour le lire, merci de
cliquer sur ce lien Suite

♦ JC Fartoukh ©

 

(vu 914 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire