©

Athéna tu es de celle qu’on grave en soi
A l’orée du sommeil, je flotte et pense à toi
Je pressens ta présence au plus profond de moi
Je plane, je surnage en une mer de joie

Quand le soleil éteint ses rayons fatigués
Que la lune s’élève et rythme les marées
Quand l’épaisse forêt commence à s’apaiser
J’aime à rêver de toi, nous sentir enlacés

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 839 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire