©

Car plus le temps s’égrène et plus les saisons passent
Plus je rêve ma vie et plus je me languis
Plus je me sens perdu dans ce monde appauvri
Plus les années me pèsent, les âmes me glacent

Las, je me regarde ramper vers la mort sûre
Doucement sombrer vers l’heure de la vieillesse
Lentement m’effondrer devant l’âge qui blesse
Faire de l’univers un éternel azur

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 1331 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire