©

Atterré, il ne peut s’empêcher de souffrir
Devant l’ange qu’on bat, qu’on meurtrit de blessures
Jusqu’à le plonger dans l’océan sans navire
L’insoutenable cri d’un bourgeon qu’on torture

Comment peut-on briser, supplicier l’innocent
Terroriser, détruire un gamin de cinq ans
Il hurle de douleur, il donnerait son sang
Pour que puisse renaitre un instant cet enfant

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


♦ JC Fartoukh ©

(vu 611 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire