©

Chapitre XXXVIII – Voisin

Tout ne se passa pas comme prévu. Iris était disponible, mais inquiète. Elle se sentait étrangement heureuse, mais en même temps angoissée. Que connaissait-elle de la vie ? Qu’avait-elle vu, subi, vécu ?… Et avait-elle réellement vécu ? L’amour d’un père, une passion pour un frère, ne sont peut-être qu’un long trajet dans un tunnel ; on voit le rond du jour, très loin là-bas, sans jamais parvenir à l’atteindre. Vos yeux vous font mal de fatigue, votre front se couvre de sueur, il vous semble que d’autres voix vous appellent, de l’autre côté, mais rien n’est confirmé. La jeune fille voulait parler à Voisine, se laisser bercer une heure par cette voix apaisante, se confier à cette femme extraordinaire qui ne se permettait pas de juger, ou même poser sa joue contre sa poitrine, dire tout et n’importe quoi, avouer enfin comme c’était difficile d’aimer, de choisir, de décider… Mais ce fut Voisin, seul au logis, qui lui ouvrit la porte et tout ne se passa pas comme prévu.

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


(Voir la suite Suite)

♦ Carzon Joëlle ©

(vu 670 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire