©

Chapitre XXXVII – Ce que fera Iris

Le même jour, un jour de semaine, Iris Marty reçut deux appels. Le premier, sur le monde mesuré et grave, fut de Paul Decic. Il téléphonait de Toulouse où il faisait un stage. Il raconta à la jeune fille qu’il avait plu aux cadres, qu’il avait même impressionné ses compagnons de travail, qu’il s’était passionné pour les recherches en cours, qu’il n’avait pas eu besoin d’exprimer le désir de rester car on l’y avait invité instantanément. Il finirait ses études là-bas et serait embauché dans l’entreprise. Iris le félicita. Puis Paul lui parla de Toulouse, de la beauté de ses façades roses, de ses balades à bicyclette, avec des couples de collègues, sur les bords du canal du Midi. Dans ce petit groupe, il était le seul à n’avoir pas de petite amie ; il se sentait bien à Toulouse, mais souffrait un peu de solitude. La jeune fille crut qu’il allait la convier à une agréable semaine de vacances – elle se voyait déjà pédalant sous le chaud soleil – mais il fit sa déclaration solennelle et une demande en mariage, une vraie, la première de sa vie. Sous le coup de la surprise, Iris fut muette, Paul ne disait plus rien, attendant avec cette patience que la jeune fille trouvait teintée de froideur. Quand elle reprit la parole, elle le remercia, se déclara émue (l’était-elle ?), lui demanda quelques jours de réflexion, ce qu’il accepta.

... pour lire à la suite, vous devez être inscrit (une adresse email suffit) et connecté :

Connectez-vous !     

Inscrivez-vous !


(Voir la suite Suite)

♦ Carzon Joëlle ©

(vu 643 fois)
Contacter l'auteurContacter l'auteur (vous devez être inscrit et connecté)

Laisser un commentaire