Parce que seul ce qui est écrit peut être transmis...

... J’écris encor ce soir les humeurs qui m’animent
Laissant percer en moi mes désirs les plus fous.
J’écris ce qui me vient, ce qui me rend jaloux
Sombrant tout doucement dans un opaque abîme.

Ces courants si pervers édifiant mes passions
Ces idées m’assaillant quand j’ouvre mes prisons,
Ce silence envoutant berçant mes illusions,
Ces couleurs de l’âme sont ma respiration.
Voir la suite Suite

©

Nouveau printemps, nouveau soleil,
Nouveaux crus de couleur orseille
Nouvel affront du temps qui passe
De l’âge odieux qui nous efface

Qui nous assène, imperturbable
Les stries des ans, ineffaçables
Nous menant vers notre indécence
Là où la vie n’a plus sa chance...
Voir la suite Suite

Poemes Tome 1    Poemes Tome 2

©

Ces deux recueils regroupent 237 poèmes (114 pour le tome I et 123 pour le tome II) originaux sur des thèmes portant sur l’actualité, sur l’amour, sur l’amitié, sur les voyages (Brésil, Chine, Japon…), etc.
Ils sont aussi un condensé de réflexions personnelles…...
Voir la suite Suite


Nouvelles

©

Ce recueil regroupe six nouvelles, six fictions dont certaines ont été inspirées par des événements, des faits d’actualité....
Voir la suite Suite


Antispécisme ou opportunisme

©

Réponses au livre d’Aymeric Caron « Antispéciste »
...
Voir la suite Suite


Suite

©

1 – La rencontre...
Voir la suite Suite

Jessica et Sebastien. Non. Capucine et Nathan. Amandine et Pierre selon Oriane. Elle avait fait de ses cheveux noirs corbeaux une natte sur le côté droit de son visage. Ses lunettes de soleil étaient plantées dans ses cheveux alors que le soleil avait disparu depuis longtemps. De grosses boucles d’oreilles rondes se mêlaient à ses cheveux. Elle était belle. Un peu trop de bijoux à mon goût mais elle était belle. Lui, était simple dans son haut bleu. Des cheveux coupés comme il faut et un long nez fin. Je voyais leurs mains se lier puis se séparer puis… Continuer la lecture

©

Tais-toi ! Tais-toi ! Tais-toi mon cœur !
Je suis envahi de terreur
Tais-toi ! Tais-toi ! Tais-toi mon âme !
On sombre à nouveau dans l’infâme

Je t’en prie tais-toi mon esprit !
Donne-moi le temps d’un répit
Silence ! Honte à toi triste nuit !
N’entends-tu donc pas tous ces bruits ?...
Voir la suite Suite

©

Un zeste de beauté, un soupçon de tendresse
Une ziggourat d’amour pour toi ma Déesse
Tes yeux d’un bleu profond aux lueurs affolantes
Sont des astres en feu, des étoiles filantes

Tes mains fines, tendues, brulantes de caresses
Au toucher aérien, aux sublimes largesses
Tes cheveux châtain clair soyeux et transparents
Ondoyant sous le souffle, le soupir du temps...
Voir la suite Suite

©

Osez protéger nos ressources
Osez briser la folle course
Osez réinventer le temps
Osez l’orée d’un sentiment !

–...
Voir la suite Suite

©

Un exutoire à tous ces mythes
Pour un avenir plein d’éclat
Vers les rayons, et leur à-plat,
De l’irradiant à son zénith

Un exutoire aux religions
Vers les chemins « du légitime »
Loin des abysses, des abimes
De la pénombre des grands fonds...
Voir la suite Suite

©

Drôle de prénom porté
Par une drôle de femme
De toi je vais m’imbiber,
Je vais savourer ton âme

Car tu m’as ensorcelé.
Plus robuste que le temps
Tu envahis mes pensées
L’espace de mes tourments...
Voir la suite Suite

©

Déjà l’hiver grise mon temps.
Déjà fuient mes rêves d’antan.
La passion sans raisonnement
Fait défaut à mon cœur d’amant
Je veux t’aimer

Je voudrais revivre un instant
L’éclosion d’un embrasement,
La splendeur d’un amour naissant,
De l’explosion d’un sentiment.
Je veux t’aimer...
Voir la suite Suite

©

Humide et étouffante, ombragée, odorante
La forêt s’épaissit en flore luxuriante
Un brouhaha persiste à trahir son secret
Quant au cœur de la jungle un spectacle apparait

Tandis que les poissons et les oiseaux roucoulent
Sur un rythme oppressant, un affluent s’écoule
Quelques légers remous clapotent à sa surface
La rumeur soutenue s’amplifie, se déplace...
Voir la suite Suite

©

Ce soir tu restes là, pensive, interloquée
Tu honnis les instants que tu n’as pas osés
Evoquant les saisons que tu n’as pas vécues
Les tendres effusions que tu n’as pas reçues
Furtivement le doute envahit tes pensées

Ce soir tu t’évalues et vois un automate
Un dérivant de l’âme à la vie morne et plate
Ce soir monte la nuit et le froid qui te mord
Tu te sens pétrifiée dans le triste décor
D’un prisme sans éclats, aux couleurs disparates...
Voir la suite Suite